déc/12

2

Compte-rendu Rencontre-conférences du 25 novembre 2012

RF Animateurs 2012-11-25 042

Odette et Aimé

Pour tous ceux qui les connaissent, notre dynamique couple d’animateurs Odette et Aimé sont reconnus pour leur implication dans la communauté. Avant la rencontre du 27 septembre, ils avaient pris part à la marche pour amasser des fonds pour la recherche sur le cancer du sein, et aujourd’hui, Aimé arbore la moustache du mouvement movember qui recueille des sommes indispensables à la santé masculine en particulier pour le cancer de la prostate et la santé mentale.

Pour débuter la rencontre, ils demandent à nos participants s’ils ont de bonnes nouvelles à partager avec nous.

- Une participante nous annonce qu’après avoir donné son nom à une agence de voyage comme accompagnatrice, elle part au printemps avec un groupe pour Dubaï.

- Une autre qui a 6 sœurs qui ont ensemble 12 cancers, nous annonce qu’elles sont en rémission.

- Un monsieur nous fait part de sa joie après avoir reçu une invitation pour aller écouter  Alain Lefebvre au Palais Montcalm.

- Notre animatrice Odette compte les « dodos » avant l’arrivée de ses petits-enfants pour Noël. Ils viennent de Calgary. En attendant elle et Aimé ont tout un sac de bisous et de câlins.

- La fondatrice des Retraités Flyés de Québec Mme Livette Ouellet se rejouit de voir la vitalité de l’association de Québec. Dans quelques régions, il n’y a plus de relève.

- M. Alain, un de nos conférenciers, nous dit le bonheur éprouvé à faire une conférence sur La Bolduc, « La marchande de bonheur », au manoir Manrèse.

- Une dame nous dit le plaisir qu’elle a eu à visiter le Salon des Artisans de Cap-Santé où règne une atmosphère extraordinaire et nous invite à visiter le marché de Noël à Québec.

- Un monsieur nous raconte qu’il a rencontré ici, tout à l’heure, un ami d’enfance et cet ami (qui était invité à un déjeuner et a préféré venir ici), à son tour, est heureux de l’avoir retrouvé et a même rencontré une voisine. Bonnes retrouvailles à vous tous.

Pour terminer cette introduction, Odette nous informe que dorénavant c’est sur le site de la Fédération des Retraités Flyés que nous retrouverons bulletins et répertoires : il n’y en aura plus sur papier. Et en route pour le 1er exposé.

 

 1er Exposé : Fondation Gilles Kègle et expédition au Kilimandjaro, M. Jean-Marc Charbonneau

 
Jean-Marc Charbonneau
Jean-Marc Charbonneau

M. Charbonneau nous explique de quelle façon M. Kègle a trouvé son chemin de vie. Enfant abusé, il en a gardé une blessure profonde qui aurait pu lui être fatale. À l’âge adulte, dépressif, il a vécu dans la misère, a vendu des bouteilles pour se procurer de la nourriture et avait même décidé de mettre fin à ses jours pour ainsi mettre fin à sa douleur en se jetant dans le fleuve. C’est en y allant qu’il a pensé à son chat, seul dans son appartement et qu’il ne pouvait laisser, qu’il a demandé à Dieu de l’aider à trouver un sens à sa vie. Comme il était infirmier auxiliaire, le curé de St-Roch lui a demandé de s’occuper de trois malades dans le besoin. Il s’est mis à en prendre soin, a pris de ses maigres économies pour leur procurer du savon, des médicaments, de la nourriture et, maintenant avec des bénévoles, beaucoup de jeunes qui s’impliquent, ils vont faire le ménage dans des appartements, prendre soin des personnes démunies, apporter réconfort et soins. L’œuvre rayonne maintenant vers Beauport, Ste-Foy et Charlesbourg.

Notre premier conférencier, M. Jean-Marc Charbonneau, est un géologue retraité du Ministère des ressources  naturelles. En 2011, il a participé à une expédition au Kilimandjaro pour la Fondation Gilles Kègle. Il vient aujourd’hui nous entretenir de son expérience en montagne et aussi de la Fondation Gilles Kègle dont l’objectif est de redonner, aux personnes seules ou malades, la dignité qu’elles ont perdue.

Des personnes, émues par l’ampleur de la tâche, ont créé la Fondation Gilles Kègle pour amasser les 350,000$ nécessaires chaque année pour continuer ce travail. La Fondation est financée par des dons et des expéditions comme celle à laquelle a participé M. Charbonneau. Pour y aller il faut d’abord être en forme et amasser 10,000$.

Le Kilimandjaro, plus haut sommet de l’Afrique, est situé dans une zone volcanique. M. Charbonneau et son groupe ont été très impressionnés par la beauté du paysage, la forêt luxuriante, les fleurs, les oiseaux et les singes. Pendant la montée, les marcheurs traînent  leurs sacs à dos et les porteurs qui les accompagnent se chargent de tout le matériel nécessaire à l’expédition comme la nourriture et les tentes. Comme ils sont beaucoup plus rapides, quand les marcheurs arrivent au camp, la nourriture est prête et les tentes sont montées. Il y a des marcheurs de tous les âges, 2 messieurs avaient respectivement 70 et 73 ans.

La montée est quand même ardue, il a plu 6 jours sur 7, et vers le sommet la neige et la grêle se sont mises de la partie. Comme il faisait très mauvais le jour, la dernière étape s’est faite de nuit. À l’arrivée au sommet, sur le bord du cratère avec le lever du soleil sur le point culminant de l’Afrique, le jeu en valait la chandelle. Par contre, M. Charbonneau nous dira un peu plus tard qu’il ne faut pas oublier de boire car on ne ressent pas la soif, et arrivé en haut, l’eau avait gelé dans sa gourde. Sur le chemin du retour, plus facile, il a réalisé qu’il venait de vivre la plus belle expérience de sa vie.

Le nouveau défi : le camp de base de l’Éverest et il lui faut encore amasser 10,000$. Le président de la Fondation avec qui il s’entraîne lui a dit « J’ai besoin de toi ». Aller jusqu’au camp de base de l’Éverest n’est pas dangereux car l’oxygène n’y est pas encore rare comme plus haut.

Bonne chance et merci M. Charbonneau.

Pour faire un don ou en savoir plus : sur internet,  http://gilleskegle.org/kilimandjaro2011/

 

 

2ème Exposé : M. Louis Sanfaçon, Ordi-Livres, Signes d’espoir

Louis Sanfaçon

Louis Sanfaçon

La Boutique Ordi-Livres Signes d’espoir a été fondée par soeur Louise Bellevance qui en est la directrice générale. Aujourd’hui, un bénévole, M. Louis Sanfaçon, vient nous parler d’Ordi-livres qui, en plus de donner une deuxième vie aux livres et ordinateurs, offre une dignité et un travail aux personnes sourdes et en cheminement personnel.

M. Sanfaçon était vice-président d’une entreprise de recyclage quand il a appris, il y a 2­ ­ ½ ans, qu’il était atteint d’un cancer des os et de leucémie. Il prend sa retraite et décide de mettre ses connaissances d’entrepreneur au service de ses concitoyens dans le besoin. Avec sœur Louise Bellevance, sœur de la Charité et Grande Québécoise, il monte une entreprise qui emploie maintenant de 60 à 70 personnes sourdes et muettes ou handicapées. C’est une entreprise qui démonte des ordinateurs et autres appareils électroniques, et en retire les métaux précieux comme l’or et l’argent et les revend  (sauf les téléviseurs qui contiennent du plomb ce qui est dangereux pour les travailleurs). Comme il le dit, dans le sillage du Plan Nord, c’est une « mine urbaine ». Les grandes institutions et compagnies donnent leurs vieux appareils. S’ils sont réparables, ils peuvent être utiles à des personnes qui ne peuvent s’en procurer sinon ils sont démontés et recyclés : rien ne va à l’enfouissement. On récupère aussi les fils électriques : l’entreprise possède une machine qui sépare la gaine de caoutchouc qui sort d’un côté en granules et avec lesquels ont fait du mobilier urbain et le cuivre qui sort de l’autre côté.

On ramasse aussi des livres.  À la boutique sur la rue Maufils , il y en a 60 000, et les surplus sont envoyés à d’autres boutiques semblables, et en fin de vie, recyclés pour en faire du papier.

L’entreprise est  financée par Emploi-Québec qui croit dans le projet et a investi dans la qualité du travail, la machinerie et dans l’avenir. On espère être autonome dans 2 ans et essaimer à travers le Québec, à Trois-Rivières et à Sherbrooke… M. Sanfaçon nous dit qu’il a l’oreille du maire Labeaume. Comme il travaille en étroite collaboration avec les sœurs de la Charité et qu’elles vieillissent elles aussi, il y a un grand besoin de bénévoles pour la boutique de jour et aussi les fins de semaine. Il nous demande de donner nos vieux appareils et nos livres qui ne servent plus. Le ramassage se fait dans un secteur quand il y a assez de demandes, pour épargner du carburant. On va aussi sur la Rive-Sud de temps à autre selon la demande.

M. Sanfaçon donne aussi de son temps en oncologie à l’hôpital de L’Enfant-Jésus.

Merci M.Sanfaçon pour ce témoignage.

Boutique Ordi-livres : 2378 ave Maufils, Québec  418-527-5353    www.signesdespoir.org

 

3ème Exposé : M. Stéphane Thériault, Opération Nez Rouge  

Stéphane thériault

Stéphane thériault

Opération Nez Rouge a vu le jour à Québec en 1984. En 2012, ce sera la 29e édition de cette campagne fondée par M. Jean-Marie de Koninck pour offrir des bourses d’études aux athlètes de l’Université Laval. L’idée a fait beaucoup de chemin, depuis, pour se répandre dans plusieurs pays.

 M. Thériault commence par féliciter les deux premiers conférenciers pour leur implication dans leur milieu.

 Comme nous le savons tous, Opération Nez Rouge fait maintenant partie du temps des fêtes des québécois, c’est un nom associé à une conduite intelligente, mais comment  en est venue l’idée à M. de Koninck?  Entraîneur de l’équipe de natation du Rouge et Or et prof. de mathématiques, il cherchait un moyen de financer ses athlètes. C’est en entendant un reportage à la radio, où on relatait un accident de voitures dû à l’alcool et qui avait fait 3 morts, que l’idée a germé. Le barman où les hommes avaient pris de l’alcool a dit qu’il ne voulait pas les laisser partir, mais comme le chauffeur avait besoin de sa voiture le lendemain matin, ils sont partis quand même et se sont tué tous les 3. Cette idée de raccompagnement était très novatrice à l’époque. La première année, avec André Arthur comme porte parole,  il y a eu à peu près  de 300 raccompagnements, et aujourd’hui, c’est de 8 à 9000. La SAAQ qui a aimé l’idée a aidé à la répandre à travers le Québec. Au Québec, justement, il y a 67 Opérations Nez Rouge et 110 au Canada dans 7 provinces. L’argent recueilli va aux jeunes, au sport amateur et reste dans la ville où il a été amassé. C’était résoudre 2 problèmes en une solution : diminuer les accidents dus à l’alcool et financer le sport amateur.

 « Victime » de son succès, Opération Nez Rouge est très bien vu à travers le Canada et ne manque pas de bénévoles malgré la température pas toujours clémente. Le service est offert du 30 novembre au 31 décembre.  Autour de 9000 bénévoles sont requis pour cette période, à qui on sert 5000 repas chauds, qui font à peu près 300 000 kilomètres et qui dépensent pour 50 000$ d’essence. Environ 150 000$ reviennent au club de natation.

 Les besoins en bénévoles :

  • Pour la pré-campagne, des gens pour poser des affiches pour rester visible, d’autres pour les kiosques de recrutement.
  • Des chauffeurs avec accompagnateurs et une personne qui suit en voiture pour les ramener.
  • Des secrétaires pour la saisie de formulaires à l’ordinateur, pour les grosses soirées  (il faut 120 personnes juste à l’accueil).
  • Il faut aussi des personnes pour l’inscription, l’alimentation, la formation des équipes, pour répondre aux appels et j’en passe.

Des groupes d’amis ou de bureau s’organisent aussi pour une soirée, c’est très agréable paraît-il, et quand on est fatigué, on s’en va.

Il faut s’inscrire au moins 48 heures à l’avance pour donner le temps de vérifier les permis de conduire et les antécédents criminels des personnes. M. Thériault nous dit aussi, en réponse à une question, qu’il n’y a pas de service de raccompagnement pour les bénévoles et que les gens de Lévis doivent s’inscrire à Lévis.

On retrouvera d’ailleurs toutes les réponses à nos questions sur internet.  http://operationnezrouge.com/fr

Merci M. Thériault.

 

4ème Exposé : M. Fernand Alain, conteur et monologuiste

RF Fernand Alain 2012-11-25 029
Fernand Alain

Pour terminer l’année en beauté, et comme nous sommes en préparation des Fêtes de Noël, nous avons invité monsieur Fernand Alain.  Il y a 40 ans, il écrivait son premier texte en vieux français des anciens de son village, Paspébiac.  Il a, depuis, mené 2 carrières soit celle d’enseignement et celle de monologuiste-conteur. Il  nous offre « Le Rêve d’Émile », un conte de Noël. Il est difficile de rendre justice à ce conte que M. Alain nous livre dans la belle langue de son grand-père Abel, mais allons-y!

Abel a chez lui pour Noël son petit-fils Émile, petit enfant de 6 ans, pas comme les autres, un peu fragile et gâté, mais très attachant. Il pense comme un adulte, il a les cheveux noirs et raides,  a l’air moqueur et  parle à son chat, entre ses 2 chiens qui se donnent des coups de queue.

L’automne en Gaspésie, c’est une belle saison toute colorée et l’hiver, elle se cache derrière sa grande couverture blanche. Émile aime bien l’hiver, rien  ne dérange la vue, puis il y a Noël où tout le monde devient comme des enfants. Mais cette année, Émile a changé, il ne vient plus dire un p’tit bonjour, il dit qu’il va bien mais il a changé! L’automne avance et il reste seul comme s’il cachait un gros secret.

Au début de décembre, les femmes ont commencé à faire des pâtisseries pour Noël, Noël c’es comme des « senteurs ». Émile a peur que le père Noël ne puisse venir car il n’y a pas de neige et on ne peut pas retarder Noël… Son grand-père lui dit qu’il peut venir en avion, qu’il va aussi dans des pays où il n’y a pas de neige mais ça ne rassure pas Émile.

Le soir du 24 décembre est paré pour la fête mais il n’y a toujours pas de neige. À 11h00 le grand-père va réveiller le petit mais il a disparu, la fenêtre est ouverte et il a laissé un papier qui dit que le Père Noël ira le chercher à la Pointe à 11h00….Le grand-père part en vitesse pour la Pointe et Émile, qui a reconnu la camionnette, va dire à son grand-père qu’il a vu le Père Noël : il lui avait écrit et c’est le Père Noël qui lui a répondu en rêve de venir à la Pointe, qu’il arrivera sur un grand bateau tout blanc. Émile a vu le bateau plein de lutins et les lutins ont porté le Père Noël sur leur dos dans l’eau pour aller porter le petit Jésus à l’église et il s’est mis à neiger………

De retour à la maison le grand-père berce le petit Émile qui s’est endormi dans ses bras en regardant la neige tomber par la fenêtre ouverte sur la nuit de Noël.

Merci M. Alain pour ce beau conte auquel je n’ai pu donner la saveur de votre parler.

Si vous voulez en savoir plus, visitez le site web ou le vidéo de M. Alain.

http://fernandalain.tripod.com/presentation.html   http://vimeo.com/31079669

 

Pause de quinze minutes et au retour :

  • Les coups de cœur livres et films
  • les offres et demandes
  • Les tirages

 Les offres et demandes  ont maintenant leur rubrique propre sur notre site.

 Coups de cœur Livres :

  • Eva, de Lucie Pagé et tous ses autres livres aussi.
  • Le bonheur désespérément, de André Comte-Sponville,  désirer ce que l’on a.
  • Le monde d’Alice, biographie d’une dame de 108 ans.

 Coups de cœur Films :

  • Le Prénom, très drôle, à voir
  • Et si on vivait ensemble
  • Alphée des étoiles
  • Histoire de Pi
  • et bien sûr, le dernier James Bond, 007 Skyfall 

Tirages :

  • le flyé-flyé de 65.50$ va à Mme Livette Ouellet
  • le prix de présence de 20.00$ à Mme Christiane Belleville
  • les tasses Opération Nez Rouge pour garder le café au chaud àM. Jean-Marc Charbonneau et Mme Michelle Landry
  • 2 boîtes de chocolats de Noël du Marché IGA Deschênes
  • 2 poinsettias cadeaux du Marché IGA Deschênes

Cet après-midi se termine par le café prolongé pour échanger avec nos conférenciers et les autres participants.

Merci au Marché IGA Deschênes du 255 ch. Ste-Foy qui nous offre le café, les jus et les biscuits et a offert aujourd’hui les chocolats et les fleurs.

N’oubliez pas les déjeuners flyés les 3ème jeudi du mois à 9h30 et les lunches anglophiles les 2ème mardi du mois, les 2 au resto Tutti Frutti du 47 boul. René-Lévesque est et le 5 à 7 espagnol les 2ème vendredi du mois au Resto Copas du 595 Grande Allée.

Notre prochaine rencontre aura lieu fin mars, la date sera sur notre site dès qu’elle sera connue.

À tous nos participantEs et bénévoles une très joyeuse période des Fêtes et au plaisir de se revoir au printemps !

RSS Feed

1 Commentaire for Compte-rendu Rencontre-conférences du 25 novembre 2012

dwayne | juillet 27, 2014 at 2:12

angell@walle.oust » rel= »nofollow »>.…

ñïñ!…

« OFFRES ET DEMANDES de la Rencontre-conférences du 25 novembre 2012

OFFRES ET DEMANDES de la Rencontre-conférences du 22 mars 2013 »

Zone de recherche

Thème par simpleclick.ca