oct/14

3

Compte-rendu rencontre-conférences du 26 septembre 2014

Nous avons la chance pour cette première rencontre de l’année 2014-2015 de profiter d’une température d’été en ce début d’automne. Odette et Aimé, nos animateurs, sont en pleine forme et Aimé porte son beau t-shirt rose pour nous parler de la marche pour la recherche sur le cancer du sein et nous inviter à y participer ce dimanche 5 octobre 2014, sur les Plaines d’Abraham.

Ce soir nous sommes très heureux d’accueillir une quinzaine de nouveaux participants et de revoir avec plaisir ceux qui nous suivent depuis longtemps. Nous avons des participants qui viennent de Charlesbourg, de Beaupré, de la Rive-Sud et même de la Beauce. Toutes ces personnes ont sûrement assez de bonnes nouvelles pour occuper les 5 minutes de prévues en ce début de soirée, pour nous mettre en joie, allons-y…..

- Louise, qui s’est fracturée une jambe à la fin d’un beau voyage au printemps, a retrouvé du ¨ poil de la bête ¨ et a recommencé à faire ses marches qui lui ont tellement manqué.

- Odette et Aimé ont eu le plaisir cet été de garder pendant 5 semaines leurs petits-enfants qui vivent habituellement à Calgary. Que de joies, de beaux souvenirs et de cornets de crème glacée. Ils sont présentement en récupération.

- Un monsieur a donné tout l’été des cours de tennis à des enfants et se montre très enthousiaste à recommencer l’été prochain.

- Une autre participante, qui elle aussi s’est cassée une jambe et a été 3 mois en convalescence, ira chercher sa voiture demain après le o.k. de son médecin.

- La maman de Christiane, 82 ans, a passé un très bel été dans un chalet dans le bois.

- Une dame est très heureuse de nous dire qu’elle a pris sa retraite cet été et qu’elle compte bien en profiter au maximum.

- Odette nous raconte que la marche du 13 août au Bois de Coulonge les a menés tout droit à se régaler au café le Panache, qui a ouvert ses portes cet été dans la maison du gardien, car il pleuvait des cordes. Quelle belle façon de passer un après-midi.

- Un grand-papa est tout fier de nous annoncer la naissance de son 6ème petit-enfant. 5 de ses petits-enfants sont des garçons.

Bonne soirée à toutes et tous et accueillons nos conférenciers.

1er exposé : « Comment vivre en santé à l’âge de la retraite » par la docteure Michelle Morin, affiliée au Centre d’excellence sur le Vieillissement de Québec.

La docteure Morin est diplômée en médecine de l’université Laval. Après avoir complété une spécialisation en médecine interne, puis en gériatrie, elle a réalisé une formation complémentaire en démence, à Paris. De retour à Québec, elle a travaillé à l’hôpital de l’Enfant-Jésus et à l’hôpital du St-Sacrement jusqu’en 2011. Plus récemment, elle œuvre dans la région 12, notamment à l’Hôtel-Dieu de Montmagny. Elle est également professeur de clinique au sein du département de médecine familiale de la faculté de médecine de l’université Laval. Chercheure affiliée au Centre d’Excellence sur le Vieillissement de Québec, elle est très impliquée dans les activités de formation de ce centre. Ses intérêts sont multiples, mais le transfert des connaissances est au cœur de ses préoccupations.

Mme Morin nous dit d’abord qu’elle a l’habitude de travailler avec des personnes de 80 à 85 ans, mais ce qu’elle dira nous concerne tous sur plusieurs points. Elle cite Félix Leclerc qui a dit un jour « Vieillir c’est embêtant mais c’est la seule façon de vivre longtemps ». Donc vaut mieux s’organiser pour la vivre le mieux possible et Mme Morin va nous y aider de ses bons conseils.

Le vieillissement est un phénomène universel et unique. Chacun le fait à sa façon, selon différents facteurs : facteurs génétiques, par exemple la longévité dans la famille, environnementaux, et nos habitudes de vie. Spécialiste des maladies du vieillissement, elle nous révèle 2 secrets pour bien vieillir :

– Le sens : trouver un sens à ce qu’on fait, à sa vie, retomber vite sur ses pattes si nécessaire et redonner un sens à sa vie.

-  L’effort : décider de bien vieillir et faire les efforts pour y arriver.

Pour bien vieillir il faut faire de l’exercice physique, il faut bouger, pas nécessairement au gym, aller marcher, c’est suffisant pour améliorer sa santé. La marche c’est bon pour le cœur, les poumons, les fonctions musculaires. Il faut s’entretenir pour ne pas perdre de muscles sinon on gagne de la masse graisseuse. Il faut entretenir ses muscles par la marche, la bicyclette pour pouvoir continuer à se déplacer aisément et conserver son équilibre. En fait, c’est aussi bon pour le cerveau, le moral, contrer la dépression et l’anxiété et en prévention de la maladie d’Alzheimer, pour la retarder. L’exercice aide à faire baisser le cholestérol, et aide aussi ceux qui sont diabétiques et hypertendus, et pour finir c’est aussi bon pour la santé de nos os. Il faut y aller de façon raisonnable, et c’est encore plus gagnant si on marche en bonne compagnie.

Pour bien vieillir il faut bien manger, manger des produits laitiers, de la viande , des fruits et des légumes. Si on a des difficultés à digérer, prendre des petits repas plus souvent et retarder la sieste. Comme pour la marche, manger en bonne compagnie c’est encore mieux.

Abandonner le tabac même à 80 ans c’est aussi gagnant. La nourriture est meilleure, la capacité pulmonaire s’améliore de même que la qualité de vie.

Consommer de l’alcool avec modération n’est pas mauvais pour la santé. Par ailleurs, on sait que l’alcool détruit des cellules du cerveau, peut causer des pertes d’équilibre, de mobilité et de capacités intellectuelles. Donc attention !

Se faire vacciner contre la grippe est aussi nécessaire, le vaccin ne protège pas toujours entièrement, mais l’état grippal est moins grave et diminue le risque de pneumonie.

Il faut prendre ses médicaments comme prescrits par le médecin. Souvent les personnes âgées prennent trop de médicaments, il faut s’assurer qu’on a bien compris les directives du médecin, qu’on connaît les effets secondaires, on ne joue pas avec ses pilules et on n’essaie pas les médicaments des autres.

Faire travailler ses méninges est aussi nécessaire pour rester vigilent. Mettre son intellect au défi avec des activités qui ont un sens pour nous, même le bingo peut aider sauf si on n’aime pas ça, il faut que l’activité nous plaise, on peut peut-être ressusciter de vieilles passions.

Que faire si on est hospitalisé? Que faire pour éviter que l’hôpital nous rende malade?

La docteure Morin nous dit que l’hôpital ce n’est pas bon pour la santé et que le lit est notre pire ennemi. Là aussi il faut bouger pour ne pas perdre son autonomie.

- S’asseoir quelques minutes au bord du lit si on le peut c’est déjà ça de pris

- Participer dès que possible à son hygiène

- Habillez-vous et participer à vos soins de base

- Exigez qu’on vous laisse le temps de manger

- S’intéresser aux médicaments qu’on vous donne et demandez qu’on soulage votre douleur

- Si vous le pouvez, n’acceptez pas de couche-culotte, allez à la toilette

- Portez vos lunettes et appareils auditifs à l’hôpital, pour garder le contact

En conclusion : le corps et l’esprit changent avec l’âge, ce n’est pas facile, mais garder les 2 secrets, c’est-à-dire le sens à sa vie et l’effort est essentiel. Tout est bénéfique à tout âge, aller dehors, avoir de belles rencontres, garder de saines habitudes et bien se préparer s’il faut être hospitalisé.

La marche, la bicyclette, le golf, pas besoin que ce soit compliqué, 3 fois par semaine de 15 à 20 minutes cela peut être suffisant.

Merci Mme Morin pour ces précieux conseils.

2ème exposé : « De l’Iran au Québec», par Mme Monireh Jafari et M. Ata Ansari

D’origine iranienne, après un long périple, en passant par l’Islande, ils sont installés à Québec depuis 1993. Madame Jafari a toujours été intéressée par l’éducation des enfants, le développement des femmes, l’hygiène et la santé. M. Ansari est médecin et il est aussi chroniqueur de médecine pour différents médias. Ils viennent nous parler de l’Iran.

L’Iran est un grand pays de 80 M d’habitants, situé au Moyen-Orient et dont 50% de la population a moins de 30 ans. On y parle le persan et les iraniens sont de race arienne.

Comme ici, l’Iran a quatre saisons, mais les étés sont plus chauds et les hivers moins froids. L’Iran est une grande et ancienne civilisation dont on vantait la sagesse du gouvernement. C’est une grande civilisation de savoirs, de sciences et des arts. Plusieurs fois attaquée depuis Alexandre le Grand, elle a su garder son autonomie, elle n’a pas été colonisée comme beaucoup d’autres pays du Moyen-Orient, cependant les religions ont joué un grand rôle qui a changé son destin. Les arabes les ont obligés à devenir musulmans mais les iraniens n’ont pas perdu leur langue. Jusqu’au 19ème siècle, l’Iran est tombé bien bas et les femmes ont été celles qui en ont le plus souffert. Il était péché d’envoyer les filles à l’école, il fallait les garder dans l’ignorance. L’ancien Iran prônait l’égalité de la femme et de l’homme. Au 20ième siècle, prenant pour modèle Ataturk en Turquie, les femmes ont beaucoup progressé, l’éducation était importante, il était interdit de porter le voile et dans les années 60, le pays est devenu riche avec le pétrole. Avec la révolution islamique dans les années 70, la situation des femmes a beaucoup régressée, elles ont été persécutées mais elles se battent pour leurs droits et maintenant elles sont 65% à l’université.

M. Ansari est parti de l’Iran au début de sa carrière pour aller faire du travail humanitaire pendant 6 mois au Congo et y est resté 18 ans. C’est là qu’il a rencontré sa femmes une iranienne aussi. Il y a distribué 10,000 copies d’un document pour aider les mères à réhydrater leurs enfants après les diarrhées comme on en voit en Afrique. Il a beaucoup fait pour l’éducation des mères, l’alphabétisation et la nutrition. Après la révolution, lui et sa femme n’ont pu retourner en Iran et après plusieurs étapes sont arrivés chez nous et ont apporté toutes la richesse de leurs connaissances.

Merci Mme Jafari et M. Ansari de ce rapide portrait de l’Iran.

3ème exposé : « Découverte du Pérou » par Mmes Chantal de Varennes, coopérante, et Gladys Ortiz, péruvienne

Madame de Varennes a travaillé comme journaliste, puis a enseigné cette discipline à l’UQAR. Elle se recycle ensuite en gestion d’entreprises et participe au démarrage de plusieurs PME auprès de la clientèle immigrante de la capitale. Forte de cette expertise, elle décide d’exploiter le volet de la coopération internationale et part pour l’Afrique pendant les dernières années de sa carrière. Maintenant retraitée et intéressée par les anciennes civilisations, elle voyage en Amérique du Sud et occupe son temps comme bénévole auprès des nouveaux arrivants-immigrants.

Madame Ortiz est canadienne depuis 28 ans et est d’origine péruvienne. C’est après des études en médecine en Argentine qu’elle décide d’émigrer à Montréal, mais, la non reconnaissance de ses diplômes la force à réorienter sa carrière. Les HEC l’accueillent et c’est pendant ses études qu’elle apprend le français. Cet avantage lui ouvre la porte auprès d’entreprises internationales dont celle pour laquelle elle travaille actuellement à Québec. Mme Ortiz souhaite faire connaître sa culture et vient de fonder l’association Québec-Pérou.

Quand on pense au Pérou, certains noms nous viennent instantanément à l’esprit, les Andes, le Machu Picchu, le lac Titicaca, les incas…..Son emblème floral est la cantuta.

Les premiers habitants du Pérou sont venus il y a 20,000 ans par le détroit de Béring. L’empire Inca a commencé au 3 ième siècle et s’étendait de l’Équateur à l’Argentine. C’était une société multiculturelle, avec des classes sociales s’étendant dans 4 grandes régions. Colonisé en 1542 par les conquistadors dont l’emprise a durée pendant 280 ans, le Pérou obtient son indépendance en 1821 et devient la République du Pérou.

La religion catholique a été imposée par les Espagnols mais les incas étaient des mystiques qui ont donné leur couleur à la religion. Mme Ortiz nous montre un site mortuaire où on immolait de jeunes vierges. Mme Ortiz nous montre de magnifiques photos difficiles à décrire dont des sites mortuaires, les célèbres momies assises et la magnifique cathédrale de Lima construite par l’espagnol Pizarro en 1540 et couverte de feuilles d’or à l’intérieur.

Le Pérou a un passé archéologique très riche et au nord du Pérou, on y retrouve des ruines qui datent de la civilisation pré-inca, un musée de l’or, c’était normal d’avoir de l’or au Pérou à cette époque, beaucoup de musées religieux et de musées à ciel ouvert, de même que les momies assises.

La population de Pérou est composée d’un mélange d’espagnols, d’indiens et de noirs. Le métissage de ces peuples donne un folklore très coloré. Comme le Pérou s’étend de la côte aride du Pacifique aux régions montagneuses où vit la moitié de la population péruvienne, sa géologie est très diversifiée et donne lieu à des paysages époustouflants avec des terrasses en paliers en montagnes et des formes spectaculaires sculptées par le vent pendant des siècles dans le désert.

Dans le Pérou d’aujourd’hui, on mange divinement bien, le vin péruvien est excellent de même qu’un alcool de raisins qu’il faut goûter. Il faut prendre un médicament pour l’altitude si on va en montagne et mâcher du coca. Pour les touristes, il est préférable de changer son argent américain là-bas. En conclusion Mme Ortiz nous demande de bannir de nos expressions « Ce n’est pas le Pérou ».

Merci Mmes pour cet intéressant voyage.

- C’est le temps de la pause, accompagnée par la musique de Mme Charlaine Beaudoin. Au retour, les offres et demandes qui ont leur rubrique sur le site,  nos coups de cœur livres et les tirages.

Nos coups de cœur livres :

– Les livres de Jacqueline Lagacé, sur l’alimentation pour vaincre la douleur et l’inflammation chronique

– Yves St-Laurent, biographie

– La loi des rêves de Peter Behrens

– Les livres de Michel Langlois, généalogiste, qui nous transportent de Baie-St-Paul à Québec puis à Drummondville et en Beauce

Nos tirages : le prix de présence de 20.00$ va à Mme France Samson, le moitié-moitié à Mme Pauline Maheu. Un bracelet et un collier gracieuseté de Mme Gemma Daigle ont fait 2 heureuses et pour se sucrer le bec, des gelées du Verger St-Nicolas.

Cette belle soirée se termine par des échanges avec les conférenciers et les autres participants et un goûter nous est offert par le marché IGA du 253 Ch. Ste-Foy.

Notre prochaine rencontre-conférences aura lieu le 21 novembre 2014. Nos autres activités sont toujours en action, soit le déjeuner flyé le 3ème jeudi du mois, le lunch anglophile le 1er mardi du mois et le 5 à 7 espagnol le 2ème vendredi du mois.

RSS Feed

« Offres et demandes 2014-09-26

Offres et demandes 2014-11-21 »

Zone de recherche

Thème par simpleclick.ca